bulles


« y a tellement l’univers à portée de main »
que tu me dis

quand on dort à la belle étoile
et que tu tends ton bras

vers l’univers

comme un aperçu de l’absolu
qui te nargue

et dans nos bulles on restera
comme des handicapés de l’infini

à fleur de peau

si loin du but